6 février, 2016

Jacques Baron – Des soldats bretons du Morbihan pendant le Premier Empire…

Classé dans : Non classé — jacquesbaron @ 13:54

Soldats de l'empire 2016 BONH3 (2)21b Grognard (Grenadier de la vielle Garde) 2 (3)Couverture Soldats de l'empire 2017 Copy

 

                 Le grenadier de la Garde impériale est un dessin de Fabien Clairefond.

                                                                                 

            Ils participèrent à l’un des CONFLITS MAJEURS de

L’HISTOIRE. 

                                                           

 Juin 2020Le Supplément est disponible.

           Après la publication de 2016 un « SUPPLEMENT » à

Soldats de l’Empire est paru fin 2017. En vente

à VANNES,

 - librairie LENN HA DILENN  et sur son site de vente en ligne CAP

BRITANNY.

  – librairie CHEMINANT.

 à LORIENT, librairie COOP-BREIZH.

 - 146 pages, sept cartes, cinq illustrations en couleurs dans le texte; de

Philippe Eudeline, Bernard Coppens et Keith Rocco.

En couverture illustration de Franck Brieu « Fusilier en marche ».

Prix : 15 euros.

Dans ce Supplément nous suivons le parcours de 17 nouveaux conscrits, toujours choisis parce que certains de leurs courriers ont été conservés. C’est ainsi au total 64 soldats du Morbihan que nous aurons étudiés, 64 de ces hommes qui furent appelés de 1804 à 1815 à combattre dans l’armée française sous le commandement de Napoléon 1er. Ils s’appelaient, pour en citer une partie, Maho…Justume…Ropers…Guin…Péros…Moizan…Eveno…Tricot…..Santerre…Thomas…Rouxel…Le Gac…Berranger….Le Corre….Garel…Danet….Le Garrec….Grus…Marion… Cargueray…Le Peintre…Le Moing….Le Guil…Bochet….Le Badezet….. Jarnier….Harel…..Viloux…Michelot…Jaffrezo…Rivalan…Jan…ou Kério…………..

 

——————————————————————————————-

- Pour informations ;  fiatlux56@laposte.net

                                                                                                                                                                                  

                    Bienvenue sur ce blog dont l’objet est de vous faire connaître l’ouvrage « Soldats de l’Empire, des conscrits bretons à travers l’Europe ».

(ouvert en 2009, le blog avait été laissé en l’état et réactivé en févier 2016 pour sa parution. Le tout premier tirage, au mois de mars, qui présentait des coquilles fut presque immédiatement retiré de la vente et les tirages suivants rectifiés. Une partie des quelques exemplaires vendus a pu être retrouvée et remplacée).

 

Il n’existait, pour le Morbihan, rien ou pratiquement rien sur le sujet, dix lignes par-ci, trente lignes par là. Des considérations générales… Il méritait, pourtant ! que l’on s’y intéresse de près. Je n’ai pas voulu en faire une étude seulement  locale, mais relier sans arrêt  ces conscrits du Morbihan à ce dont ils furent les acteurs, à savoir une énorme conflagration, un conflit de première grandeur qui allait pour longtemps redistribuer les cartes, en Europe et dans le Monde. 

Je n’ai pas épuisé le sujet, bien évidemment, il peut être étudié sous différents angles…

482 pages – 24 x 16 – 18 cartes. Trois illustrations dans le texte.   

  - Prix 24 Euros .  

          Juin 2020, Ouvrage disponible.

                – - -  Quand il n’est plus disponible dans une des librairies ci-dessous il suffit de demander au libraire de le commander.    Un nouveau tirage vient d’être fait.

            En vente à

VANNES,  librairie CHEMINANT,   librairie LENN HA DILENN et sur le site de vente

en ligne  CAP BRITANNY , rayon librairie.

LORIENT, librairie COOP-BREIZH.

 

Le journal OUEST-FRANCE, sous la signature de Bruno Jezequel, a publié le 30 aout 2016 un article au sujet de ce travail.

 

 

Livre couverture redimensionnée 4

  JacquesBaron

De l’idée à la rédaction.

Classé dans : Non classé — jacquesbaron @ 13:45

7edc6ae64c701cd6d972b8418d4ead0a2sans-titreBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBB                                          

 Les conscrits  bretons du 140ème régiment d’infanterie, au prix de pertes importantes, s’llustrèrent à Lützen au printemps 1813, au début de la Campagne d’Allemagne.  La campagne d’automne les éprouvera durement. Le 140ème de ligne fut formé début 1813 avec uniquement des conscrits du Morbihan, du Finistère, d’Ille-et-Vilaine et des Côtes-du-Nord. Fait exceptionnel, un même régiment recevant habituellement des hommes venus des quatre coins du pays. Dessins de Louis Frégier.

                                                                                                                                         Un intérêt  pour l’Histoire, ce qui détermina mes premières études, à l’Université de Nantes, en particulier celle de la Révolution et de l’Empire, la découverte de l’histoire familiale avec la prise de conscience que ceux qui m’avaient précédé en avaient été les témoins et les acteurs,  m’ont conduit à m’intéresser à ces hommes jamais nommés et qui sont pourtant la substance même de l’Histoire. 

     De cette perception est née l’idée de faire sortir de l’ombre quelques uns de ces hommes qui ont vécu,  de 1803 à 1815,  un moment violent de notre histoire. La découverte aux Archives Départementales du Morbihan de lettres de ces soldats fut le facteur déclenchant, le support d’un travail de recherche qui devait conduire à la rédaction de l’ouvrage présenté plus loin. J’avais entre les mains ces fragiles feuilles de papier, preuves sensibles et infiniment précieuses de leurs existences. 

     Ce fut là le départ d’une aventure, d’une quête de l’identité des auteurs de ces courriers. Qui étaient-ils ? qu’avaient-ils vécu ? qu’ étaient-ils devenus ? 

     La précision des informations contenues dans ces lettres allait me permettre de le découvrir, puisqu’à chaque fois l’unité à laquelle ils appartenaient était indiquée. 

     Le Service Historique de la Défense, à Vincennes, conserve un ensemble de documents extraordinaires : les registres matricule de l’armée française, contenant par unité la liste de tous les incorporés, avec leur état civil, leur signalement physique, la date d’arrivée au corps et leur parcours sous les drapeaux. J’avais là des informations essentielles me permettant de mener à bien le travail engagé.  Le parti pris retenu, s’attacher à des individualités imposait de consacrer à chacun un chapitre, chacun d’eux se présentant dans l’ordre naturel des choses, chronologiquement.

Cela nécessitait une bonne connaissance de la période impériale et en particulier des conflits dans lesquels la France fut impliquée lors de cette période, conflits apparus non pas ex nihilo avec Napoléon, mais étant la continuation des enjeux géopolitiques précédents.

 Ensuite cela imposait un long travail d’approfondissement, de recherches en Archives, tout particulièrement aux Archives départementales du Morbihan. A partir du moment où j’avais lu un nom et un prénom, sachant que cet homme avait existé il prenait consistance, cela donnait la perception immédiate de son existence. Nommer c’est faire exister et la première chose que reçoit un être humain c’est un nom et un prénom, l’un et l’autre réunis lui donnant une identité. Le travail en Archives, sur plusieurs années, permettait petit à petit de voir émerger, au travers des centaines et des centaines de documents consultés, cet homme, de le voir se heurter, se confronter avec l’Histoire, travail fortement motivant au fur et à mesure de ses progrès.

Martinisme-Les Serviteurs I... |
nomib |
piccolaz |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Autour de Clio
| professeurtumelaire
| Entre nous !